Connect with us

France

Plus de 50 personnalités appellent à manifester le 10 novembre à Paris contre l’islamophobie

Published

on

Par Nawel Thabet

 

Dans une tribune signée dans « libération », plus de 50 personnalités appellent à manifester à Paris le 10 novembre contre l’islamophobie.

« Nous, musulmans ou non, disons STOP à l’islamophobie et nous serons nombreux pour le dire ensemble le 10 novembre prochain à Paris. », ont- ils exprimé dans leur tribune.

« Le 10 novembre nous marcherons pour dire STOP aux discriminations qui visent des femmes portant le foulard, provoquant leur exclusion progressive de toutes les sphères de la société. »

Et  » STOP aux délations abusives jusqu’au plus haut niveau de l’État contre les musulmans dont le seul tort serait l’appartenance réelle ou supposée à une religion. », ont publié ces personnalités dans leur tribune vendredi dans libération

Les signataires de cet appel ont dénoncé, la montée de « l’islamophobie » et « la stigmatisation des musulmanes et des musulmans », par les hommes politiques et par certains médias.

Ils ont écrit « Depuis des années, la dignité des musulmanes et des musulmans est jetée en pâture, désignée à la vindicte des groupes les plus racistes qui occupent désormais l’espace politique et médiatique Français, sans que soit prise la mesure de la gravité de la situation. »

Ils ont cité également, » l’attentat » de la mosquée de Bayonne du 28 octobre et la polémique qui dure autour du voile, »l’humiliation d’une maman et son enfant par un élu RN au conseil régional de Bourgogne -Franche – Comté. » Et  » ou les discours racistes qui se déversent sur nos écrans à longueur de journée, dans l’indifférence générale. »

Ils ont appelé pour dire, « STOP aux violences et aux agressions contre les musulmans, qui se retrouvent progressivement déshumanisés et stigmatisés, faisant d’eux des terroristes potentiels ou des ennemis de l’intérieur.  »

Parmi les signataires, l’initiateur de l’appel Madjid Messaoudene, élu de Saint Denis, le chef du parti de la France insoumise,Jean -Luc Mélenchon  les journalistes Edwy plenel, fondateur de Mediapart, Rokaya Dialo, réalisatrice,Aida Touihri, Taha Bouhafs, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, la sénatrice EELV  de Paris Esther Benbassa, l’humoriste Yassine Belattar,Leïla chabi eurodéputée LFI,Saïd Bouamama, Sociologue;Azzédine Taibi, maire PCF de Stains , Benoit Hamon Génération.s

Il faut rappeler que le 27 octobre dernier,des centaines de personnes s’étaient rassemblées à Paris contre l’islamophobie.

 

 

France

France/ Algérie : Emmanuel Macron reconnait que l’avocat et dirigeant nationaliste Ali Boumendjel avait été « torturé et assassiné » par l’armée française

Published

on

By

Par Nawel Thabet / Medianawplus

 

64 après, le président français Emmanuel Macron a reconnu, mardi 2 mars 2021, que l’avocat et dirigeant nationaliste Ali Boumendjel avait été « torturé et assassiné » par l’armée française,selon un communiqué de l’Élysée.

« le Président de la République a reçu au Palais de l’Elysée quatre des petits-enfants d’Ali Boumendjel pour leur dire, au nom de la France, ce que (sa veuve) Malika Boumendjel aurait voulu entendre : Ali Boumendjel ne s’est pas suicidé. Il a été torturé puis assassiné. »

« Au cœur de la Bataille d’Alger, il fut arrêté par l’armée française, placé au secret, torturé, puis assassiné le 23 mars 1957. Paul Aussaresses avoua lui-même avoir ordonné à l’un de ses subordonnés de le tuer et de maquiller le crime en suicide. », selon le communiqué.

Cette reconnaissance par la France fait partie des préconisations du rapport Benjamin Stora  remis, le 20 janvier dernier,  sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie. Conformément à la mission que le Président de la République lui avait confiée.

L’Élysée souligne, »sa volonté de poursuivre le travail engagé depuis plusieurs années pour recueillir les témoignages encourager le travail des historiens par l’ouverture des archives, afin de donner à toutes les familles des disparus, des deux côtés de la Méditerranée, les moyens de connaître la vérité »

Et ajoute que, » Ce travail sera prolongé et approfondi au cours des prochains mois, afin que nous puissions avancer vers l’apaisement et la réconciliation. »

« Regarder l’Histoire en face, reconnaître la vérité des faits, ne permettra pas de refermer des plaies toujours ouvertes, mais aidera à frayer le chemin de l’avenir. »

« C’est dans cet esprit que le Président de la République a souhaité faire ce geste de reconnaissance, qui n’est pas un acte isolé. », prévient l’Élysée dans son communiqué.

« Aucun crime, aucune atrocité commise par quiconque pendant la Guerre d’Algérie ne peut être excusé ni occulté. Ils doivent être regardés avec courage et lucidité, dans l’absolu respect de toutes celles et ceux dont ils ont déchiré la vie et brisé le destin. »

« La génération des petits-enfants d’Ali Boumendjel doit pouvoir construire son destin, loin des deux ornières que sont l’amnésie et le ressentiment. C’est pour eux désormais, pour la jeunesse française et algérienne, qu’il nous faut avancer sur la voie de la vérité, la seule qui puisse conduire à la réconciliation des mémoires. », conclut l’Élysée.

Il faut rappeler que Paris et Alger ont fait de la « réconciliation des mémoires », un dossier prioritaire, à l’approche du 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, le 5 juillet 2022.

Qui-est Ali Boumendjel?

Ali Boumendjel est né le 23 mai 1919, à Relizane, dans une famille riche en talents, imprégnée de voyages, de culture et de combats politiques. Son père, instituteur, lui transmit le goût des savoirs. Le brillant écolier se fraya sans mal une place sur les bancs de la faculté de droit d’Alger. C’est fort d’une culture ouverte, généreuse, humaniste, puisant aux sources des Lumières, qu’Ali Boumendjel s’engagea bientôt en politique, contre l’injustice du système colonial et pour l’indépendance de l’Algérie. Le discours qu’il prononça en 1955 au Congrès mondial d’Helsinki témoigne de son engagement en faveur de la paix.

Ali Boumendjel laissait derrière lui un héritage politique important. Ses combats et son courage ont marqué à jamais les esprits algériens et français, parmi lesquels René Capitant, qui avait été son professeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Continue Reading

France

Les actes anti-musulmans augmentent en France de 53% et les menaces explosent

Published

on

By

Photo de la marche contre l’islamophobie à Paris en 2019

 

Par Nawel Thabet / Medianawplus

 

Les actes anti-musulmans ont augmenté en France de 53%  et les menaces ont explosé de 79% durant l’année 2020.

235 actes ont été enregistré pour la période du 1er janvier au 31 décembre 2020 contre 154 recensés l’année précédente.

Selon le dernier bilan de l’Observatoire National de lutte contre l’Islamophobie, adressé à la presse, jeudi 28 janvier, les régions les plus touchées par les actes anti-musulmans sont : l’Ile de France, la PACA et Rhône Alpes.

Les atteintes aux lieux de culte  et cimetières ont augmenté aussi de 35 % en 2020.

Cette hausse inquiète fortement,  Abdallah ZEKRI, Président de l’Observatoire National de lutte contre l’Islamophobie et délégué général du CFCM.

Il s’est dit préoccupé par le  « regard négatif  » porté par certains Français sur la religion musulmane.
Et précise « Si nous réfutons tout lien entre Islam et terrorisme, nous affirmons que la religion musulmane ne peut sécréter aucune force de violence et nous appelons à ce que notre religion et l’exercice de son culte soient considérés et traités avec les mêmes principes et règles qui régissent les religions et cultes historiquement installés en France. »

Pour Abdallah ZEKRI, « ces chiffres ne reflètent pas la réalité car beaucoup de responsables de lieux de culte ne souhaitent pas porter plainte, considérant, à tort ou à raison, que les enquêtes n’aboutissent que rarement. »

Abdallah ZEKRI

Il explique également que  L’Observatoire National de lutte contre l’Islamophobie a été saisi par plusieurs Français de confession musulmane, des femmes et des hommes victimes de discrimination d’origine institutionnelle (dans l’enseignement, la police, les collectivités locales, la SNCF et même dans les organes de presse.

Par ailleurs, plus de 70 courriers de menaces et d’insultes, ont été reçu par le Conseil Français de culte musulman, ou, au domicile de responsables du C.F.C.M, dont des menaces de mort adressées directement au Président de l’Observatoire.

« C’est purement et simplement du racisme et le rejet d’hommes et de femmes qui ne souhaitent qu’une chose : être respectés. », s’exprime ,Abdallah ZEKRI.

Il conclut en dénonçant un « climat malsain » et « indigne » que nous vivons actuellement, il appartient à chaque responsable religieux, quelle que soit sa religion, de dénoncer le racisme, l’antisémitisme et l’islamophobie. ».

Il faut rappeler que le bilan des actes anti-musulmans, tombe en plein débat, sur le projet de loi de renforcement des principes Républicains à l’assemblée nationale,lundi 1er février.

 

 

 

 

 

 

 

Continue Reading

France

La Grande mosquée de Paris se retire du projet de création du conseil national des imams

Published

on

By

Par Nawel Thabet / Medianawplus

 

Le Recteur de la Grande Mosquée de Paris, Chems-eddine Hafiz, a annoncé ce lundi 28 décembre que la Grande Mosquée de Paris se retire du projet de la création du conseil national des imams.Et gèle tous les contacts avec l’ensemble de la composante islamiste du CFCM.

Le CNI( conseil national des imams) chapeauté par le conseil français du culte musulman (CFCM) a pour mission la rédaction d’une « charte des valeurs « , comme l’avait souhaité le Chef de l’État Emmanuel Macron.

À l’unisson, les représentants des fédérations musulmanes s’étaient alors engagés à remettre au Président de la République un texte ambitieux et clair et à le rendre public deux semaines plus tard.

Dans un communiqué, Chems -eddine Hafiz précise « Tout semblait se dérouler dans des conditions normales jusqu’à la mi-décembre.Le projet de « charte des valeurs » aurait dû, selon les engagements annoncés, être finalisé et présenté au Président de la République depuis près de trois semaines.
Malheureusement, la composante islamiste au sein du CFCM, notamment celle liée à des régimes étrangers hostiles à la France, a insidieusement bloqué les négociations en remettant en cause presque systématiquement certains passages importants. »

« J’ai donc décidé, car la GMP ne se rendra jamais complice de ces viles manipulations au détriment des intérêts de la communauté nationale et de ceux des citoyens de confession musulmane, de me retirer des discussions autour de ce projet de charte, de ne plus participer aux réunions qui visent à mettre en œuvre le projet du Conseil national des imams et de geler tous les contacts avec l’ensemble de la composante islamiste du CFCM…Cette décision, mûrement réfléchie, est irrévocable. »
« Je souhaite donc alerter tous les musulmans afin qu’ils refusent et rejettent toute expression et toute action qui créerait le trouble dans leur esprit et les mènerait dans la voie de la discorde. »
« Je veux leur dire, à travers la position qui est la mienne, que certains milieux islamistes, en multipliant ces agissements irresponsables, sont en train de compromettre l’avenir de notre religion en France, de nos enfants et de l’unité nationale.
Ma responsabilité en tant que recteur de la Grande mosquée de Paris m’engage à défendre les intérêts moraux des musulmans, et d’œuvrer ainsi pour la concorde, la paix civile et la fraternité. »
« Je refuse de voir des cercles malveillants transformer l’islam, une religion paisible, en une idéologie de combat afin de créer la discorde entre les enfants d’une même nation. », a -t-il déclaré.

Il a ajouté « Des membres de la mouvance islamiste sont allés jusqu’à réaliser des manipulations médiatiques, salissant notre honneur et, dans le contexte, mettant ainsi notre vie en danger, faisant croire que cette charte avait pour ambition de toucher à la dignité des fidèles musulmans. Ce qui est un mensonge éhonté, dont les conséquences peuvent être particulièrement graves. »

Le Recteur de la Grande Mosquée de Paris, a expliqué que le président du CFCM, Mohammed Moussaoui, a soumis, une mouture qui reprenait les contributions de la plupart des fédérations. Celle-ci devait être adoptée. Son contenu respectait incontestablement la dignité de chaque musulman et sa foi, exprimait un attachement à toutes les lois de la République et aux principes qui fondent notre société.

Il a affirmé qu’il ’espérait un texte clair à même de répondre à tous les enjeux de notre époque, pour « mettre fin définitivement aux ambiguïtés entretenues par certains courants qui ont pris l’habitude de faire de notre religion un levier de manipulation à des fins politiciennes, dévoyant ainsi le message de l’islam. »

Par le passé, en 1994 et 1999, des chartes avaient été signées par les fédérations musulmanes, mais certaines d’entre elles les ont considérées seulement comme outils de communication permettant de lisser leur image, sans conséquence en cas de non-respect de celles-ci.

« Cette composante islamiste agissante au sein du CFCM œuvre, comme à son habitude, en coulisses et en surface, pour saborder toutes les initiatives qui visent à créer des rapprochements salutaires entre les musulmans de France et la communauté nationale.
Ce qui caractérise mon engagement depuis que je suis recteur de la Grande mosquée de Paris, c’est la franchise et la clarté. »
« Contrairement à d’autres, je ne sers ni d’obscurs objectifs ni d’intérêts personnels ou idéologiques. Je suis au service de la collectivité et jamais je n’opposerais les Français à leurs compatriotes musulmans. »

Il a conclu »Par conséquent, j’estime que la représentation des musulmans mérite autre chose que des manœuvres dilatoires et des agissements douteux entourés d’actions qui cherchent à diviser la communauté nationale et à séparer les Français de confession musulmane de leur société. »

Il faut rappeler que le Conseil français du culte musulman CFCM, ne représente pas l’intégralité des mosquées sur le territoire français.Et en 17 ans, d’existence  le CFCM n’a jamais été en mesure de mener un projet a bout.

Quant à Plusieurs religieux et imams ont déjà annoncé qu’ils ne respectaient pas ce projet du conseil national des imams ( CNI).

 

 

 

 

 

 

 

Continue Reading

ACTU DU MOMENT

Facebook