Connect with us

Centre Val de Loire

Méthodes de recrutement non-discriminatoires dans le Loir -et-Cher

Published

on

Par Nawel Thabet/Medianawplus

 

Le PAQTE( pacte avec les quartiers pour toutes les entreprises), qui a été signé par seize entreprises mercredi 18 décembre avec le préfet du loir -et – cher  Yves Rousset, est construit autour de quatre axes d’engagement dont la sensibilisation des plus jeunes issus des quartiers prioritaires en proposant des stages découvertes à des élèves de troisième. Ainsi que la mise en œuvre de méthodes de recrutement non-discriminatoires, et, le développement des achats responsables et inclusifs.

« Nous sommes mobilisés dans la lutte contre les diverses formes de discrimination par l’emploi pérenne et la formation que nous offrons sur les territoires ruraux et défavorisés », déclarent ces entreprises dans une prise de parole, lors de la signature du PAQTE à la préfecture.

Parmi les entreprises signataires on trouve: Auchan, Banque populaire Val de France, Burger King, Centrale Nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux, Chiesi , Crédit Agricole Val de France, Delphi, Sitel, Groupama Paris Val de Loire, Kéolis, La poste , Orange, Procter et Gamble, Veolia, Vendominox, Worldline .

La France, une chance. Les entreprises s’engagent

Il faut rappeler que le président de la République a lancé, le 17 juillet 2018, une mobilisation national des entreprises  » la France, une chance .Les entreprises s’engagent !. Ce programme national a rassemblé dans un premier temps 100 entreprises inclusives puis 10000, engagées pour affirmer le rôle majeur des entreprises pionnières qui ont adhéré à la démarche.

Il a pour objet de réunir, dans chaque département , toutes les forces en présence engagées en faveur de l’insertion professionnelle des publics les plus fragiles.

Centre Val de Loire

Les Assises départementales de l’Islam en France: Un accord de structuration en Loire -et-Cher

Published

on

By

Par Nawel Thabet/ Medianawplus

Le préfet du Loire -et-Cher Yves Rousset a déclaré dans une conférence de presse mercredi 18 décembre, à l’issue des Assises de l’Islam de France 2019, qu’un accord de structuration départementale a été établi entre l’État et les associations cultuelles du département Loir-et-Cher.

La rencontre avec une vingtaine d’associations cultuelles dans le Loir-et-Cher, qui représentent chacune des pratiques religieuses liées à un pays ou une région, a réuni plus de trente personnes, des responsables des associations cultuelles, des gens de la société civile sur les trois grands arrondissements du département Blois, Romorantin et Vendôme, précise le préfet.

Cette année, dans chaque arrondissement , des réunions ont eu lieu, et un certain nombre de sujets ont été évoqués, la structuration en premier lieu.

Une réunion le dernier dimanche de chaque mois

« On a des propositions qui ont été faites sur Romorantin, avec la volonté de se réunir le dernier dimanche de chaque mois pour se rencontrer et répondre à des problèmes qui concernent les différentes mosquées. », souligne Yves Rousset.

Il a ajouté  » une structuration est en cours sur les deux autres arrondissements à Blois et à Vendôme et la préfecture aidera ces deux derniers, pour désigner un représentant ou un délégué. »

« Sur Blois et sur Vendôme, la discussion a été moins aboutie vu les problèmes qui ont été exposés: La sécurité des lieux de cultes, la question de l’abattage rituel, le voile et l’accompagnement des mamans voilées dans le cadre des sorties scolaires, la question générale de la discrimination concernant les stages des élèves du troisième à cause de  leurs noms à résonance musulmane ou de leurs quartiers d’appartenance… ».

Pour le préfet cette question concerne quelques enfants, « Mais en réalité le problème se pose uniquement pour les enfants dont les parents ne disposent pas de réseau au niveau des entreprises … Malheureusement ils le vivent comme une discrimination » explique le préfet.

« L’idée étaient d’avoir une délégation départementale avec une assemblée générale qui se réuni pour répondre aux problèmes et essayer d’être d’accord en cherchant les solutions.

Par ailleurs les élus vont se réunir de leurs côté eux aussi  au sein de la préfecture ou sous-préfectures pour parler de différentes questions tel que la cantine par exemple »

Les assises ont abordé également les mêmes thématiques connues, la discrimination dont peut faire l’objet la communauté musulmane ; La formation des imams et le financement des lieux de cultes; La maitrise du Français dés le plus jeune âge.

 » On ne pouvait pas résoudre tous ces problèmes en deux heures de temps, dit le préfet, mais on a focaliser sur la structuration pour désigner des délégués et la préfecture aidera les deux autres arrondissements à Blois et Vendôme afin de trouver un analogue, pas forcement identique à celui de Romorantin. » conclu Yves Rousset.

De leurs côté, les trois rapporteurs des associations du culte musulman des trois arrondissements,présents à la conférence de presse, le représentant de la fédération islamique turque Milli Gorus, Mehmet Ceylan à Blois, le président de l’association cultuelle musulmane Vendômoise, Tahar Chabbi à Vendôme et le président de l’association cultuelle des marocains , Mohamed M’barek à Romorantin, estiment que le dialogue est très important et qu’ils se sentent pour la première fois entendus.

« Le CFCM ne pourra pas résoudre nos problèmes »

« Nous voulons résoudre ces problèmes pour nos jeunes qui sont Français en organisant des rencontres régulières avec les autorités locales, on est heureux aujourd’hui de participer a ces assises qui sont bénéfiques pour nous et nos enfants. »,exprime Tahar Chabbi.

Pour le président de l’association musulmane marocaine,  » l’organisation de l’islam en France a échoué, cela fait quinze ans que ça dure, mais rien n’a été fait depuis tout ce temps devant l’absence d’une vrai représentation musulmane qui défend les intérêts des musulmans au niveau locale…Concernant la formation des imams ça viendra, mais pour le moment on n’a pas d’autre choix que demander l’aide du pays d’origine le Maroc pour nous envoyer des imams pendant le mois du ramadhan…Malheureusement on ne peux pas aller chercher ce dernier au niveau du pôle emploi. »

« On est face a un vrai danger devant l’absence du statut de l’imam, ce qui crée des problèmes comme c’est le cas à Blois. »

« On est obligé de structurer pour avoir une représentation départementale locale qui travaille avec l’État et les collectivités locales.Et le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman), ne pourra pas résoudre nos problèmes qui concernant des associations locales »

À Blois Mehmet Ceylan, expose à son tour les problèmes de l’arrondissement en saluant cette initiative des assises  » il nous faut un centre de formation pour les imams ici a Blois. »

« Nous envoyons nos jeunes étudier en Turquie, mais ils ne reviennent jamais vu les offres qui leurs sont proposées dans leurs pays d’origine  »

Cet deuxième atelier d’échange s’inscrit, dans le cadre d’une concertation nationale.Il vise à permettre l’émergence d’interlocuteurs locaux portés par des acteurs de terrain, qui pourraient répondre à plusieurs besoins exprimés, tel que: Le dialogue sur des problématiques communes à l’ensemble des associations ; La création d’un espace d’échange et de proximité avec les autorités locales; L’identification d’un interlocuteur unique pour résoudre les problèmes.

3000 représentants du culte musulman réuni en 2018 à l’échelle nationale

Pour rappel, les assises territoriales de l’islam organisées en 2018 ont réuni plus de 3000 représentants du culte musulman à l’échelle nationale. Il s’agissait de recueillir les attentes et les propositions des acteurs locaux et de ceux qui s’y intéressent.

L’ensemble des contributions remontées a fait apparaître au niveau national une demande presque unanime de représentation départementale des acteurs du culte musulman, au plus proche des réalités du terrain.

 

 

 

Continue Reading

Centre Val de Loire

Le Loir -et -Cher, une chance.16 entreprises s’engagent dans les quartiers défavorisés du département

Published

on

By

Par Nawel Thabet/ Medianawplus

Dans le cadre du plan national « La France , une chance: les entreprises s’engagent ». Seize entreprises Loire -et- chériennes  ont signé mercredi 18 décembre avec le préfet du loir -et – cher  Yves Rousset, le PAQTE ( pacte avec les quartiers pour toutes les entreprises) sous le slogan  » Le Loir-et Cher, une chance.Les entreprises s’engagent! ».

L’objectif est de faciliter la formation et l’emploi des populations défavorisées ou éloignées du monde du travail dans le département 41.

 

 

Le PAQTE ( pacte avec les quartiers pour toutes les entreprises), a pour objet de traduire la nécessaire mobilisation du monde économique pour les quartiers prioritaires de la politique de la ville, aux côté de l’État et des collectivités.

Cette déclinaison s’appuie sur un club d’entreprises qui regroupe l’ensemble des entreprises signataires , et qui a été installé par le haut-commissaire aux compétences et à l’inclusion par l’emploi, Jean- Marie Marx.

Le président du club Alain Lejeau , a un rôle d’impulsion dans la mise en œuvre du plan au niveau départemental et d’animation des entreprises souhaitant s’engager dans les domaines d’interventions.

Dés son lancement, les entreprises du département Loire -et- cher, se sont aussi engagées dans le dispositif Paqte( pacte avec les quartiers pour toutes les entreprises) qui reprend une partie des thématiques du programme national en ciblant les jeunes habitants des quartiers prioritaires de la ville.

 

« Nous sommes mobilisés dans la lutte contre les diverses formes de discrimination par l’emploi pérenne et la formation que nous offrons sur les territoires ruraux et défavorisés », déclarent ces entreprises dans une prise de parole lors de la signature du PAQTE à la préfecture.

85 stages proposés et 50 contrats d’apprentissages

Dans le cadre de la relation entre l’entreprise et l’école , les quatorze entreprises sur seize s’engagent, sur l’accueil de collégiens pour des stages découverte:près de 85 stages proposés à des élèves de troisième issus de collèges dans le département.

Les entreprises signataires souhaitent maintenir ou de développer l’apprentissage.Les quelques engagements chiffrés dans les conventions permettent de recenser déjà plus de 50 contrats d’apprentissages à venir.

Treize entreprises sur seize continuent ou souhaitent s’inscrire dans la garantie jeune ,en lien avec les missions locales , et développer un partenariat avec l’école de la 2éme chance.

Onze entreprises sur seize souhaitent continuer ou intégrer 100 chances 100 emplois.

Par ailleurs, les entreprises s’engagent à un minimum de 35 parrainages de jeunes.Et treize sur seize vont déposer leurs offres d’emploi sur la plate forme Job 41.Tandis que la totalité souhaite travailler avec le CAP d’emploi pour l’insertion des personnes en situation de handicap.

Neuf entreprises sont intéressées pour contacter la plate -forme départementale sur l’insertion professionnelle des réfugiés et étudier les possibilités d’un partenariat.Onze autres sont prêtes à participer à l’accompagnement socio-professionnel des salariés qui relèvent de ces structures.

Méthodes de recrutement non-discriminatoires

Le PAQTE  est construit autour de quatre axes d’engagement dont la sensibilisation des plus jeunes issus des quartiers prioritaires en proposant des stages découvertes à des élèves de troisième.Ainsi que la mise en œuvre de méthodes de recrutement non-discriminatoires, et, le développement des achats responsables et inclusifs.

Parmi les entreprises signataires on trouve: Auchan, Banque populaire Val de France, Burger King, Centrale Nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux, Chiesi , Crédit Agricole Val de France, Delphi, Sitel, Groupama Paris Val de Loire, Kéolis, La poste , Orange, Procter et Gamble, Veolia, Vendominox, Worldline .

La France, une chance. Les entreprises s’engagent

Il faut rappeler que le président de la République a lancé, le 17 juillet 2018, une mobilisation national des entreprises  » la France, une chance .Les entreprises s’engagent !. Ce programme national a rassemblé dans un premier temps 100 entreprises inclusives puis 10000, engagées pour affirmer le rôle majeur des entreprises pionnières qui ont adhéré à la démarche.

Il a pour objet de réunir, dans chaque département , toutes les forces en présence engagées en faveur de l’insertion professionnelle des publics les plus fragiles.

 

Continue Reading

Centre Val de Loire

Francis Chevrier : »RVH un grand rassemblement annuel des historiennes et historiens »

Published

on

By

Par Nawel Thabet

Le créateur des rendez-vous de l’histoire et le directeur de l’institut européen d’histoire et des cultures de l’alimentation, ( IEHCA), Francis Chevrier, se dit très heureux, de voir ces RVH, comme une jeune personne qui a bien grandit, a pris beaucoup d’ampleur en occupant une surface  intellectuelle, culturelle et médiatique tout à fait significative.

« Nous somme très heureux  avec Jack Lang ,d’avoir créer ces rendez-vous de l’histoire,et de la manière dont ce festival est devenu,aujourd’hui, le grand rassemblement annuel des historiennes et historiens Français . »

« On a  à la fois une grande université populaire avec des  débats et des conférences .C’est à la fois  un grand cycle cinéma,un grand salon de livres d’histoire, des expositions, des spectacles  « … » je suis très heureux pour notre ville , pour notre région de pouvoir  bénéficier d’un évènement culturel comme celui là. celui-ci attire autant de monde des quatre coins de France et au de là, comme cette année  avec la présence de nos amis Italiens à l’occasion des 500 ans de la renaissance ».

En 1998, Jack Lang, alors maire de Blois , fonde le festival Blésois des rendez-vous de l’histoire , sur une idée de Francis Chevrier.

 

 

Continue Reading

ACTU DU MOMENT

Facebook