Connect with us

International

Rwanda : Emmanuel Macron ” La France a endossé une responsabilité accablante “

Published

on

Par  Medianawplus

 

Emmanuel Macron est arrivé à la capitale rwandaise Kigali, jeudi 27 mai,  accueillit par son homologue Paul Kagame. 27 ans après le génocide.

Dans son discours  de réconciliation,très attendu, par les rwandais, le chef de l’État a réfuté toute ” complicité” de Paris mais a reconnu “la responsabilité” du gouvernement français.

Il a déclaré que ” la France n’a pas été complice…mais elle a fait trop longtemps prévaloir le silence sur l’examen de la vérité “.

Il a ajouté ” En me tenant, avec humilité et respect, à vos côtés, ce jour, je viens reconnaître nos responsabilités”.

Sans avoir présenter des excuses, le président de la République, a su choisir les mots. Ces mots ont été bien reçu par son homologue Rwandais. Des propos qui ont ” plus de valeur que des excuses”, a salué le président Rwandais Paul Kagame.

Le chef de l’État a estimé que “La France a un devoir : celui de regarder l’histoire en face en face et de reconnaitre la part de souffrance qu’elle a infligée au peuple rwandais”.

Il a poursuivi ” en voulant faire obstacle à un conflit régional ou une guerre civile, elle restait de fait aux côtés d’un régime génocidaire . En ignorant les alertes des plus lucides observateurs, la France endossait une responsabilité accablante dans un engrenage qui a abouti au pire, alors même qu’elle cherchait précisément à l’éviter”

Écrire une nouvelle page entre les deux pays. Emmanuel Macron a annoncé la normalisation des relations avec la réouverture de l’Ambassade et la nomination d’un ambassadeur français au Rwanda où le poste est vacant depuis 2015.

Il faut rappeler que la tragédie du génocide Rwandais a fait au moins 800.000 morts de la communauté Tutsi, entre avril et juillet 1994.

International

Algérie : Les conditions de la réouverture partielle des frontières suscitent la colère de la diaspora algérienne en France

Published

on

By

Par Nawel Thabet / Medianawplus

 

Les conditions de la réouverture partielle des frontières annoncées par le gouvernement en Algérie, le 16 mai dernier, suscitent la colère au sein de la diaspora en France.

Après 15 mois de fermeture, la joie a fait place à la déception. la nouvelle était brutale pour les algériens établis en France.

Parmi les mesures annoncées, l’isolation obligatoire des 5 jours à l’arrivée en Algérie, combien même avec un PCR négatif,  aux frais du voyageur dans un hôtel pré-désigné, rencontre une incompréhension totale.

Pour Tahar qui attend depuis plus d’un an de revoir sa maman à Oran et guette la mise en ligne de la vente des billets, “cette réouverture est au compte goutte, on ne pas la différencier du vol commercial ou du vol de rapatriement… c’est le flou total”, a-t-il confié à Medianawplus.

“Une forme de poursuite d’une fermeture qui ne dit pas son nom”

Pour Jil Jadid Monde,dans un communiqué adressé à la presse,  “la mesure de confinement obligatoire est injustifiée au regard des autres mesures proposées dont l’exigence d’un test PCR négatif de moins de 36 heures. Cette mesure suscite d’ores et déjà inquiétude, incompréhension et mécontentement, tant la mesure est assimilée à un barrage à tout souhait de rejoindre les siens en Algérie. C’est là une forme de poursuite d’une fermeture qui ne dit pas son nom.”

Le parti de l’opposition rappelle que “dans le contexte sanitaire actuel, si les citoyens algériens résidents à l’étranger sont, en responsabilité, pleinement conscients de la nécessité que soient respectées des règles de préservation collective, il est exagéré d’imposer un régime aussi contraignant, qui manifestement ne présentera pas plus de protection, dès lors que le test PCR exigé est négatif et de moins de 36 heures ou que certains sont déjà vaccinés”.

Jil Jadid Monde réitère “ses propositions qui permettent de garantir la sauvegarde de la santé de tous et qui sont en application dans une large majorité de pays qui ont gardé leurs frontières ouvertes, en particulier à leurs ressortissants, à savoir vaccination ou test PCR négatif de moins de 72 heures, ce qui garantira à tout un chacun de jouir de son droit de se rendre dans son pays.”

Un appel à la mobilisation

Dans le même contexte, un appel anonyme à la mobilisation a été lancé sur les réseaux sociaux,  devant l’Ambassade d’Algérie à Paris et tous les consulats en France samedi 29 mai 2021 à 11h, qualifiant ces mesures d'”inadmissibles “, selon le message relayé par les réseaux sociaux.

Un appel similaire a été partagé sur la page Facebook “Étudiants -cadres Algériens en France”.

 

 

 

Continue Reading

International

Algérie : Le gouvernement dévoile les mesures relatives à la réouverture partielle des frontières

Published

on

By

Par  Medianwplus

 

 

Le Premier Ministre, M. Abdelaziz DJERAD, a dévoilé, lundi 24 mai,  dans un communiqué adressé à la presse,  les mesures relatives à la réouverture partielle des frontières en Algérie, qui seront mises en œuvre à partir du 1er juin 2021.

Le communiqué précise que la compagnie Air Algérie, assurera trois vols hebdomadaires de et vers la France (02 vols Paris, 01 vol Marseille), un (01) vol hebdomadaire de et vers la Turquie (Istanbul), un (01) vol hebdomadaire de et vers l’Espagne (Barcelone) et un autre de et vers la Tunisie (Tunis).

Ces mesures, qui restent adaptables en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique, se déclinent comme suit , selon la même source:

2 – Concernant les aéroports en Algérie : dans un premier temps, seuls les aéroports d’Alger, d’Oran et de Constantine sont autorisés à accueillir les passagers à l’arrivée ou en partance des destinations sus indiquées.

3 – Concernant les conditions d’embarquement à destination de l’Algérie :

–    Etre détenteur du résultat négatif d’un test RT-PCR datant de moins de 36 heures avant la date du voyage ;
–    Disposer d’un billet valide et de la fiche sanitaire dument renseignée ;
–    S’acquitter préalablement des frais inhérents au confinement sanitaire obligatoire auquel doit se soumettre chaque passager à l’arrivée sur le territoire national ainsi que les frais du test de dépistage du COVID-19, prévus par les autorités sanitaires.

Les frais de séjour dans les sites d’hébergement sont à la charge exclusive du passager. Ces conditions doivent être impérativement réunies avant l’embarquement.

4 – Concernant les conditions sanitaires applicables à l’arrivée (en Algérie) :

–    La présentation d’un test RT-PCR de moins de 36 heures ;
–    Le passager devra se soumettre à un confinement sanitaire obligatoire d’une période de cinq (5) jours au niveau d’un des établissements hôteliers prévus à cet effet, avec un contrôle médical permanent ;
–    L’application d’un test de dépistage du COVID-19 à la fin du confinement.

La levée du confinement se fera au 5éme jour à la suite d’un test de dépistage du COVID-19 négatif. En cas de résultat positif, le confinement est reconduit pour une période supplémentaire de cinq (5) jours.

5 – Concernant les conditions de confinement : une liste des établissements hôteliers, offrant toutes les conditions requises pour le confinement des passagers, est arrêtée conjointement entre les secteurs de l’Intérieur, du Tourisme et de la santé.

6 – Pour ce qui est des modalités de sortie du territoire national, les passagers demeurent soumis aux seules conditions édictées par les autorités des pays d’accueil pour leur entrée sur leurs territoires.

7 – En matière d’information et de communication, une large campagne de communication et de vulgarisation est mise en œuvre dés l’ouverture des frontières aériennes pour faciliter les déplacements.

Enfin, le communiqué précise que  “la compagnie Air Algérie est chargée de relayer, à travers son site web, toutes les informations complémentaires et précisions nécessaires à la mise en œuvre du dispositif prévu.”

Continue Reading

International

Arnaud Montebourg rappelle les liens d’amitié qui unissent l’Algérie et la France

Published

on

By

Par Nawel Thabet / Medianawplus

 

 

Le Président de l’Association France Algérie, Arnaud Montebourg, est revenu sur les propos d’un ministre algérien, qui avait qualifie la France « d’ennemie traditionnelle et éternelle », début du mois d’avril, devant le Sénat en Algérie.

Arnaud Montebourg, défend l’amitié des deux pays et les liens qui les rattachent, dans un communiqué adressé à la presse.

Il précise que “L’Algérie est un pays ami. Les Français par exemple ont ressenti avec le mouvement populaire récent une profonde fraternité avec les Algériens luttant pour le renouveau. Beaucoup de nos compatriotes ont l’Algérie au cœur et ils ont raison. Beaucoup de nos concitoyens sont venus de l’autre rive de la Méditerranée. Nous avons la même langue en partage. Et nous avons tant à faire ensemble ! Il est urgent de replacer ces discours hostiles dans les ténèbres. Tous ceux qui le feront serviront bien la cause de l’amitié franco-algérienne et d’un avenir fécond en Méditerranée.”

Il rappelle que l’objectif de la fondation de l’association qu’il préside ( fondée en 1963 ,par des Français qui avaient lutté pour la liberté et l’indépendance du peuple algérien), est bien , de maintenir des liens d’amitié.

Il souligne “Nous savons, combien en Algérie, les courants islamistes veulent créer un fossé entre le Maghreb et l’Europe. Mais les Algériens n’en veulent pas. A confondre notre peuple avec une infime minorité haineuse, ce ministre prend le risque d’entretenir la discorde et de nourrir ces franges marginales qui, dans nos deux pays, voudraient empêcher la coopération et le travail en commun.”

“Il appartient bien-entendu aux gouvernements d’Alger et de Paris de faire savoir ce qu’ils pensent de cette assertion. Mais les sociétés civiles françaises et algériennes ne peuvent pas rester silencieuses.”

Hachemi Djaâboub: “notre ennemi traditionnel et éternel, la France”

Pour rappel des faits, le ministre du Travail et de la Sécurité sociale algérien, Hachemi Djaâboub, a qualifié la France «d’ennemi éternel et traditionnel» de l’Algérie au cours d’une séance de questions orales au Sénat jeudi 8 avril 2021.

Alors qu’un sénateur l’interpellait sur le déficit de la caisse nationale des retraites, Hachemi Djaâboub a pris la France pour exemple : «pour ce qui est du déficit de la CNR, je voudrais dire que toutes les caisses de retraite dans le monde souffrent. Je peux donner quelques chiffres qu’on peut vérifier sur internet : notre ennemi traditionnel et éternel, la France, a un déficit de 44,4 milliards d’euros dans sa caisse des retraites», a lâché le ministre du Travail.
Une déclaration qui intervient dans un climat jusqu’alors apaisé entre les deux pays.

Le 2 avril 2021, le président algérien, Abdelmadjid Tebounne, avait déclaré «Nous n’avons actuellement aucun problème avec la France».

Qui est Arnaud Montebourg ?

Arnaud Montebourg, est issu du mélange Franco-algérien, il n’a jamais cessé de rappeler ses origines et de répéter: «Oui, mon grand-père était un Arabe et j’en suis fier ».

Un grand-père, ancien sous-officier fait prisonnier durant la Seconde Guerre mondiale, près de Chaource (Aube). Puis membre du FLN.

Arnaud Montebourg, est un avocat de profession, ancien ministre de l’Économie. Il est candidat à la primaire citoyenne des socialistes de 2017, où il termine troisième au premier tour.

 

 

 

Continue Reading

ACTU DU MOMENT

Facebook