Passage de la flamme olympique en Loir et Cher Chambord Blois Paris 2024 JO Jeux olyplimpiques etape 52 relais parcours de la torche
Passage de la flamme au château de Chambord, lundi 8 juillet 2024.Crédit photo Émilie Marmion / Medianawplus

La flamme olympique enflamme les cœurs du Loir-et-Cher : de Chambord à Blois, récits d’une “journée historique”

Une journée historique ! C’est la phrase maîtresse qui a été retenue lors du passage de la torche olympique dans le Loir-et-Cher. La flamme olympique a véritablement enflammé les cœurs des habitants et visiteurs du département, créant une atmosphère électrisante de Chambord à Blois.

À Chambord

Touristes ou habitants du coin, des milliers de personnes sont venues admirer le passage de la flamme olympique. En préambule, plusieurs personnalités, dont Marie-Amélie Le Fur, ont inauguré l’exposition sur le parasport : « D’un regard à l’autre ». Puis, à 17 heures tapantes, la flamme est arrivée au château de Chambord, escortée par la garde républicaine. Le comédien qui incarnait François Ier a reçu les honneurs de la foule. Il a effectué le passage de relais à Bruno Girard, ancien boxeur professionnel originaire de Romorantin-Lanthenay. Puis, les porteurs se sont relayés pour arpenter les couloirs du château, empruntant le majestueux escalier à double révolution, avant de ressortir sur les terrasses et de redescendre en direction des jardins à la française.

Les résidents de l’EHPAD de Bracieux étaient aux premières loges pour admirer le passage de la flamme à son arrivée dans le parc de Chambord. Sièges rouges, boissons, à l’ombre sous les arbres, ils ont pu admirer François Ier sur son cheval, portant la torche tel son étendard. Josette, 75 ans, était ravie d’être présente, aux côtés de ses deux filles venues spécialement pour l’occasion : « Il fait beau, il y a du soleil, c’est magnifique ! ». Dans l’enceinte du château, d’autres résidents – pratiquant tout au long de l’année des activités sportives (boxe et judo) – étaient présents pour la haie d’honneur à la flamme.

Céline est venue accompagnée de ses enfants et de plusieurs de leurs amis âgés de 10 à 14 ans : « Nous habitons juste à côté, à Maslives, il ne fallait pas louper ça, c’est historique ! Nous regarderons les JO, plutôt la gymnastique et l’équitation, les sports pratiqués par mes enfants et qu’on ne voit pas souvent à la TV ».

À Vendôme, Chambord puis Blois, on a pu aussi croiser Gilbert, avec son beau casque customisé pour l’occasion : « J’habite Landes-le-Gaulois. C’est un casque utilisé lors du relais de char pour le téléthon que j’ai modifié exprès pour les JO avec des petits drapeaux bleu-blanc-rouge et la date : 2024. Je suis content car j’ai réussi à avoir des places pour les JO paralympiques de cyclisme. Je serai au vélodrome. »

À Blois

L’ambiance est montée crescendo au fil du parcours traversé par la flamme et de la foule qui s’est amassée dans le centre-ville de Blois. En amont des relais, les animatrices de la caravane publicitaire (Coca-Cola, Fuze Tea, Banque populaire, Caisse d’Épargne) ont donné le ton pour égayer les spectateurs en musique. Tout au long de la première partie du parcours, on a pu observer ceux qui sont arrivés juste à temps en courant ou à vélo avec un ouf de soulagement : « Ah ! c’est tellement cool, j’avais peur de la louper », et ceux qui malgré tous leurs efforts sont arrivés un poil trop tard : « Elle est déjà passée, oh non ! ».
Malgré tout, la flamme ayant circulé plus d’une heure dans Blois, il était assez facile de pouvoir admirer plusieurs fois le passage des relais en déambulant à pied ou à vélo dans les ruelles de la ville.
Parmi les porteurs, il y a eu Jérôme Pascal, que nous avions interviewé quelques semaines avant le jour J. « C’était super, je suis très content de l’avoir fait », s’est-il exprimé après son relais.
Mais aussi Cécile, qui a également eu la chance d’être tirée au sort comme porteuse de flamme. « Nous nous sommes inscrits dès le début auprès du comité olympique sportif départemental. Il fallait proposer quelqu’un et argumenter. Nous nous sommes recommandés entre frères et sœurs. C’est grâce au speech envoyé par mon frère que j’ai été sélectionnée. C’était génial de porter la flamme ! ».
Du côté du Boulevard Eugène-Riffault, à l’approche du chaudron, la fièvre s’est emparée du public aux côtés de plusieurs porteuses et porteurs de flamme connus : il y a déjà eu Mathilde Sénéchal, donnant le relais à Valérie Lhuillier, puis Pierre-Yves Jacquot transmettant le flambeau à l’emblématique Jean-François Feuillette. Rayonnants de bonheur, les yeux brillant d’émotion, les visages quelque peu rougis par le soleil, les derniers relayeurs se sont pris au jeu d’être les fiers représentants des JO de Paris 2024.

Et c’est Raphaël Beaugillet, le paracycliste médaillé paralympique qui a conclu en apothéose cette journée, en embrasant le chaudron devant des milliers de spectateurs sur la place de la République.

Émilie Marmion

About Nawel Thabet

Check Also

57CA01 OTR 447 scaled

La Grande Mosquée de Paris accueille la flamme olympique : un symbole d’unité et de diversité

Dans le cadre du Relais de la flamme olympique à Paris, la Grande Mosquée a …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
MEDIANAWPLUS