PHOTO 2021 01 19 10 19 13

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris Chems-eddine Hafiz “la charte des principes est un texte historique”

Propos recueillis par Nawel Thabet / Medianawplus

 

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris Chems-eddine Hafiz, s’est félicité lundi 18 janvier de la présentation du texte de”la charte des principes ” au président de la République, après de longues semaines de négociations et de debat très houleux.

Dans un entretien accordé a Medianawplus, Chems-edinne Hafiz, qualifie le texte d’ historique, jamais une organisation musulmane n’a pu en rédiger, selon ses propos.

Il a précisé que le président de la République a été extrêmement satisfait de ce projet de charte qui marque une étape importante.En ajoutant ,que le chef de l’État a  confirmé que,”tous ceux qui ne signeront pas cette charte, ne pourrons plus être dans le sens représentatif de l’islam.”

” La charte des principes”, c’est au sujet de cette charte des principes de l’islam que le président de la République Emmanuel Macron vous a reçu lundi 18 janvier, quelles sont les différents points que vous avez évoqué ensemble ?

Le projet de charte, contient trois points importants:Le premier  concerne la définition de l’islam politique,parce que nous voulons qu’à travers cette charte ,on puisse dire: C’est quoi l’islam politique?

Jusqu’à présent, c’est un concept qui est extrêmement vague.On sait que ce sont des islamistes .mais là ,on tenu a préciser, de qui  s’agit-il exactement?  Et, c’est toutes les formes d’instrumentalisation de la religion à des fins politiques qui ont été dénoncées

Le deuxième point c’est la non ingérence de l’étranger sur l’organisation du culte musulman.

Il y a de nombreux pays: le réseau du wahabisme, le Qatar…  qui veulent absolument s’imposer  en France  en donnant par exemple de l’argent pour la construction des mosquées. Et ça  nous devons absolument le rejeter.  il faut un contrôle strict de l’argent qui vient de l’étranger.

Le troisième point ,ce sont tous les concepts islamistes tels que”l’alliance et le désaveu”  ,”al -wala wa -l bara” ,” takfir wa-l hijra”,” al rida” l’Apostasie ,qui doivent être pris en compte dans le texte,afin  que nous puissions mettre au point le contexte dans lequel doit s’inscrire l’ islam que nous voulons ici en France et, quelle est la marche de la pratique de la  religion de l’islam ici en France.

Et enfin, le dernier point c’est la sanction .C’est à dire que toutes les fédérations signataires de cette charte se verront exclues   de toutes les  institutions représentatives de l’islam en France si elles venaient a ne pas respecter les principes de cette charte.

À ce titre là  le président de la République, a été extrêmement satisfait de ce projet de charte qui marque une étape importante,. surtout que nous sommes à la veille de la présentation du projet de loi de renforcement des principes Républicains à l’assemblée nationale. Donc là au moins les choses sont claires

le président de la République a dit que tout ceux qui ne signeront pas cette charte,  ne pourrons plus être dans le sens représentatif de l’islam.

Voilà les grands points que nous avons abordés avec le président de la République.

Vous avez claqué la porte des discutions sur la charte et le futur du conseil national des imams CNI, en pointant le doigt sur l’influence d’une “composante islamiste” au sein du conseil français du culte musulman CFCM, qu’est ce qui vous a fait changer d’avis puisque vous avez  de nouveau participé  aux négociations?

Je suis sorti, parce que des méthodes indignes ont été utilisées pour faire capoter ce projet,. Bien évidemment , la Grande Mosquée de Paris est une instance incontournable de l’islam ici en France,et ,je ne pouvais pas me retirer simplement.

J’ai donc œuvré pour que ce projet de charte soit corrigé  , en incluant les éléments que j’ai évoqué plus haut et, qui ont été proposés par la Grande Mosquée de Paris.

Et lors de notre rencontre avec le ministre de l’intérieur samedi 16 janvier avec le président du CFCM Moussaoui et Ibrahim Alci qui représente la partie turque,on a validé ensemble ce texte .

C’est  à ce titre là que j’ai revu ma position ,parce qu’ il ne s’agit pas à me retirer à titre personnel mais l’enjeu était l’intérêt de l’islam et de la Grande Mosquée de Paris.

Est-ce que vous avez un réel espoir que ce projet aboutisse ?

Écoutez ,il faut dire que la charte que nous avons signé lundi 18 janvier est un texte historique.Jamais une organisation musulmane n’a pu en rédiger , et n’a pu aller aussi  loin dans la description de ce qui est la pratique religieuse .

Et à ce titre là, aujourd’hui en France ,dans ce pays laïque, les pouvoirs publiques vont enfin savoir quelle est la bonne, et ,la mauvaise pratique de l’islam.Parce qu’il y a la mauvaise pratique qu’on appelle islamiste.

Il y a aujourd’hui des musulmans qui veulent vivre paisiblement en France et, qui ne doivent pas être les otages d’organisations islamistes ,qui sont là simplement pour faire en sorte, d’éloigner la communauté musulmane de la communauté nationale. Et ça, c’est  insupportable.

Aujourd’hui, je pense qu’on a vraiment fait œuvre utile parce qu’il y a de la pédagogie.

Maintenant ,les gens vont lire le texte, qui va prendre de l’ampleur , l’étudier et j’espère l’adopter, et,je viellerai a ce qu’il soit exécuté de manière normale et que les choses s’établissent.

Nous avons un Conseil national des imams qui va être mise en place. Il faudra que les principes énoncés dans cette charte soient respectés et ,que le conseil national des imams fasse son travail  afin d’intégrer les nouveaux imams .

Selon vous quelle sont les éléments qui ralentissent ou qui bloquent l’avancée de ce projet et que réclament certains imams ou que contestent-t-ils?

Le statut du conseil national des imams est prêt :le règlement intérieur, la qualification des imams .avec la création de trois chefs d’appellations:Imam débutant, prédicateur et conférencier.Tout les documents sont prêts.mais, il fallait absolument ,d’abord signer cette charte.

Nous  n’allions pas agréer des imams ,pour officier ici en France, alors que nous ne savions pas a quelle fédération ils allaient etre affiliés? Donc, nous avons tenu a ce qu’il y est ce filtre de la charte des imams ,qui permettra aussi, aux associations qui ont signé cette charte ,de participer au conseil national des imams . Et là aussi  ça va aller vite.

Je pense que le conseil national des imams est une nécessité parce qu’il est important d’avoir aujourd’hui un organe qui va agréer les imams. Il va s’assurer de leurs formations, de leurs statuts, pour qu’ils puissent avoir une vraie carrière.

Il va falloir rassurer toutes les personnes qui se destinent a la carrière d’imam, sur leurs status , leurs rémunérations, et le déroulement de leurs carrières.

Ce seront des professionnels , des ministres du culte, et , non pas des imams accessoires , comme c’est parfois le cas aujourd’hui.

Que faut-il faire avec les imams qui sont contre?

l’imam doit également voir, où sont ses intérêts. le fait qu’il soit agrée par le Conseil national des imams (CNI ), va lui donner un certain nombre d’avantages.Il va bénéficier d’une formation gratuite, d’un certain nombre de dispositions, parmi lesquelles, sa relation avec les pouvoirs publics. C’est a nous de le convaincre, de le persuader, du bien fondé de notre action.

 

 

 

 

About Nawel

Check Also

received 405586773711407

Soufiane Djilali: “Le risque est de se retrouver face à des urnes vides le 12 Décembre en Algérie”

Propos recueillis par Nawel Thabet Le président du parti Jil Djadid en Algérie, Soufiane Djilali …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
MEDIANAWPLUS