Attaque au couteau et au marteau à Paris : : “Il y a eu un ratage psychiatrique” se justifie Gérald Darmanin

“Il y a eu un ratage psychiatrique”, se justifie le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, ce lundi 4 décembre,sur BFMTV, après l’attaque terroriste samedi à Paris. Le ministre rappelle que les médecins ont considéré que l’assaillant, qui souffre de troubles psychiatriques, “allait mieux, qu’il était plus normal et qu’il pouvait vivre librement”.

Le ministre rappelle que “les médecins, à plusieurs reprises, ont considéré” que l’assaillant, qui souffre de troubles psychiatriques, ” allait mieux, qu’il était plus normal et qu’il pouvait vivre librement’. “Il a été suivi judiciairement et grâce à ce suivi, le médecin psychiatre a pu de nouveau faire une injonction de soins parce qu’il a une maladie mentale manifestement très prononcée”, a estimé Gérald Darmanin.
L’attaque pose la question du suivi psychiatrique de certains jihadistes. Un touriste de nationalité allemande et philippine a été tué, un Britannique et un Français ont été blessés. L’assaillant, un Français de 26 ans, était atteint de troubles psychiatriques.L’enquête va désormais tenter de faire la lumière sur son suivi médical.

“Exiger une injonction de soins”
Gérald Darmanin a réclamé que les autorités “puissent demander une injonction de soins” pour une personne radicalisée suivie pour troubles psychiatriques afin de prévenir des passages à l’acte comme celui de l’assaillant de l’attaque de Paris.
Le ministre de l’Intérieur s’est exprimé sur TF1 à l’issue d’une réunion à Matignon consacrée à la sécurité. “Ce qu’il faut sans doute changer – on l’a vu autour de la Première ministre – c’est que le pouvoir public, les préfets, les policiers puissent demander, exiger une injonction de soins, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui’, a expliqué Gérald Darmanin.

“Issu d’une famille sans aucun engagement religieux”, Armand Rajabpour-Miyandoab s’est converti à l’Islam à l’âge de 18 ans, en 2015, et a “très rapidement” versé dans “l’idéologie jihadiste”, a précisé dimanche soir le procureur antiterroriste, Jean-François Ricard, lors d’une conférence de presse.
Fin octobre, la mère de l’assaillant, inquiète d’un changement de comportement de son fils, avait fait un signalement auprès des autorités. Mais “rien ne pouvait déclencher de nouvelles poursuites pénales”, affirme le procureur de la république antiterroriste.

About Nawel Thabet

Check Also

policeFrance 1

Loir-et-Cher : une augmentation des violences intrafamiliales de 40,8 % en 2023

La préfecture de Loir-et-Cher a présenté son bilan annuel chiffré dans le département en matière …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
MEDIANAWPLUS