Unknown 20

“La lutte contre la radicalisation” premier chantier pour le nouveau président du CFCM Mohammed Moussaoui

Par Nawel Thabet/ Medianawplus

 

Le Franco-marocain Mohamed Moussaoui, président de l’union des mosquées de France (UMF) a été élu, dimanche 19 janvier,président du conseil français du culte musulman ( CFCM). Le déroulement de cette élection a été sans surprise, après le retrait du nouveau recteur de la grande mosquée de Paris Chems-Eddine Hafiz la veille de l’élection.

Le Conseil d’Administration du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) s’était réuni, à la Grande mosquée de Paris pour l’élection de son Bureau pour les six années à venir.

La proposition de liste des membres du bureau qui a été proposé par les trois fédérations (UMF, CCMTF, FNGMP). Rappelant que ces trois fédérations (UMF, CCMTF, FNGMP),avaient obtenu le plus grand nombre de délégués lors des élections du 10 et 11 novembre 2019, elles a obtenu 60 voix sur les 67 exprimées (7 abstentions).

La présidence du CFCM sera assurée par M. Mohammed Moussaoui du 19 janvier 2020 au 19 janvier 2022, M.Chems Eddine HAFIZ du 19 janvier 2022 au 19 janvier 2024 et M. Ibrahim ALCI du 19 janvier 2024 au 19 janvier 2026.

Le conseil d’Administration a validé dix commissions et les grands axes de leurs missions.

Le premier chantier pour Mohammed Moussaoui, sera la mise en place d’une convention-cadre sur le radicalisme se réclamant de l’islam. Un Observatoire national de lutte contre le radicalisme, appuyé par des comités départementaux, permettra aux imams et aumôniers d’œuvrer avec les acteurs mobilisés dans la lutte contre le radicalisme.

Cette première mission, fait écho aux attentes du chef de l’État Emmanuel Macron.

Le président a appelé, en octobre dernier, le CFCM à combattre le communautarisme et l’islamisme.

Un appel passé, juste après l’attaque à la préfecture de Paris en pleine polémique sur le port du voile en France.

Ce premier chantier ,sera suivi par une commission dédiée à la formation des imams et aumôniers. Cette dernière doit se pencher sur leurs statuts.

Elle doit également se pencher sur :la création au niveau local et national de conseils des imams et aumôniers, la réorganisation des aumôneries, ainsi que sur le statut et le mode d’affectation des imams et des aumôniers.

Le nouveau président du CFCM, veut mettre en place une commission pour réformer. Elle doit s’occuper très rapidement du mode d’organisation du CFCM pour le rendre plus proche des fidèles à travers la mise de conseils départementaux du culte musulman.

L’Observatoire de lutte contre l’islamophobie, mis en place en 2011, sera assuré par son président actuel maintenu à son poste, Abdallah Zekri, également reconduit pour ses missions de délégué général du CFCM.

Cet Observatoire doit être consolidé pour une meilleure mise en œuvre de la convention- cadre, signée entre le CFCM et le ministère de l’intérieure en juin 2010.

Il doit s’appuyer sur des comités locaux afin de mieux accompagner les victimes et créer un service de veille dédié à la lutte contre la haine sur le net et les réseaux sociaux.

Pour rappel, le président de la République Emmanuel Macron est attendu pour la grande présentation du plan de la lutte contre le communautarisme et l’islamisme au mois de février prochain.

L’Élysée attend que le CFCM appuie ce plan avec des mesures fortes sur de multiples questions,  notamment sur le voile.Sachant bien que le conseil français du culte musulman est souvent critiqué pour ne pas être représentatif de tous les musulmans et ces derniers ne se reconnaissent pas en lui.

About نوال ثابت

Check Also

images

Reporters sans frontières: la liberté de la presse se dégrade dans le monde

Par Medianawplus Le rapport annuel 2022, de la liberté de la presse a été dévoilé …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook
MEDIANAWPLUS
new