PHOTO 2024 04 08 11 44 22 1
La préfète de région, Sophie Brocas, accompagnée de François Bonneau, président de la région Centre-Val de Loire, à Blois pour présenter le plan d'action de la COP régionale en Centre-Val de Loire.Crédit photo:Nawel .T/ Medianawplus

COP régionale en Centre-Val de Loire : objectif… atteindre la neutralité empreinte carbone d’ici à 2050

Trois objectifs cruciaux pour la COP régionale en Centre-Val de Loire à réaliser afin d’atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050. Le premier vise à réduire l’empreinte carbone d’ici à 2030, le deuxième veut Protéger la biodiversité et le troisième cherche à adapter la société à des températures plus chaudes.
À Blois, un temps fort lors de la présentation du plan d’action de la COP régionale dans la région Centre-Val de Loire contre le réchauffement climatique, lundi 25 mars.

Par Nawel Thabet / Medianawplus

C’est un combat vert contre le réchauffement climatique que la Région Centre-Val de Loire s’engage à mener. Elle crée sa propre COP locale, sur le modèle de celles de l’ONU, dans l’espoir de mobiliser les acteurs dans ses six départements et d’atteindre la neutralité carbone en 2050.

La préfète de région, Sophie Brocas, accompagnée de François Bonneau, président de la région Centre-Val de Loire, sillonnent les six départements de la région pour présenter le volet mobilité du contrat de plan signé au mois de novembre 2023 entre l’État et la Région jusqu’au 2027.
À Blois, les deux parties signataires ont dressé les enjeux de cette COP territorialisée qui a rassemblé des collectivités locales, maires des communes, présidents des communautés de communes, entreprises et société civile pour bien cibler les solutions qui permettront de réduire notre empreinte carbone, et agir face aux urgences climatiques, énergétiques et environnementales.
“Yes we can”…Nous avons engagé depuis près de cinq ans maintenant une COP régionale pour travailler ensemble à l’échelle de la région, afin de dégager d’abord une prise de conscience partagée entre tous les acteurs de la préservation de l’environnement… c’est-à-dire nous tous”, a souligné François Bonneau.
“Cette COP a beaucoup mobilisé et elle a dégagé un certain nombre de pistes, de contributions à la lutte contre la production du gaz à effet de serre, elle est à l’évidence une structure porteuse, fédérative des énergies, pour arriver à complètement avancer”, a-t-il ajouté.
Des groupes de travail pour lutter contre le réchauffement climatique

Un seul mot d’ordre fixé par la région, c’est de mobiliser les acteurs de ses six départements autour de cette COP climatique. L’objectif est de mettre en place une feuille de route spécifique à chaque département et à chaque secteur : la biodiversité, le logement, l’économie, l’industrie et l’agriculture.
Ces groupes de travail ont pour but de trouver des moyens de réduire les émissions de gaz à effet de serre, afin d’atteindre les objectifs gouvernementaux.
« Il faut baisser à moitié l’empreinte carbone d’ici à 2030 et ensuite atteindre la neutralité carbone en 2050. En clair, cela veut dire qu’il faut que nous fassions en sept ans le chemin que nous avons fait en trente ans pour réduire notre empreinte carbone. Deuxième objectif est de protéger la biodiversité, car si la nature s’effondre, l’homme ne survivra pas. Et le troisième objectif est d’adapter notre société à des températures plus chaudes », a détaillé Sophie Brocas.

Comment faire pour atteindre ces missions ?

” Il faut accélérer pour atteindre ces objectifs… Pour y parvenir, il faut d’abord changer les méthodes”, a martelé la préfète de Région. En quoi consiste ces nouvelles méthodes que nous proposons avec le président de la Région, François Bonneau: c’est d’agir dans tous les domaines qui émettent du gaz à effet de serre en même temps”, a souligné la préfète.
Elle a expliqué que ce travail ne repose pas que sur les collectivités, les industriels, citoyens ou agriculteurs, mais cela repose sur tous les acteurs de la région en même temps.
Sophie Brocas, a précisé que cette méthode signifie des objectifs bien fixés, chiffrés, concrets, évaluables et identifiables par bassin de vie et par secteur économique avec le suivi de leur bonne mise en œuvre.
“Nous faisons le tour des six départements de la région pour délivrer le même message. L’heure est tout de même à la mobilisation… approvisionnez votre cantine en produits locaux de saison et bio, prévoir des bornes de charges électriques et des garages ou des parkings pour sécuriser les vélos… Je ne vais pas multiplier les exemples. C’est un peu l’idée “, a rappelé la préfète.

Pour Sophie Brocas, le département de Loir-et-Cher est un territoire très actif et très engagé avec des actions concrètes. Des actions allant du plan d’aménagement forestier résistant à la chaleur à Chambord jusqu’à la construction des logements en utilisant des produits bas-carbone par les bailleurs sociaux.
Ainsi que l’approvisionnement de l’agglomération de Blois, des cantines en produits locaux et de saison.

Le gouvernement est au rendez-vous sur les moyens financiers avec une enveloppe de 38 milliards pour 2024 avec huit milliards en plus qu’en 2023. Le fond vert est maintenu pour cette année avec un financement à hauteur de deux milliards en Centre-Val de Loire.
L’année dernière, la région Centre-Val de Loire a dépensé 67 millions d’euros pour ces projets verts, quant au CPR mobilité, un budget de 514 millions d’euros seront mobilisés sur quatre ans.

About Nawel Thabet

Check Also

Image 1

Kylian Mbappé annonce son départ du PSG dans une vidéo postée sur ses réseaux sociaux

Sans surprise, le capitaine de l’équipe de France et la star du club parisien, Kylian …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
MEDIANAWPLUS