essence

L’essence au plomb n’est officiellement plus utilisée dans le monde

La fin d’une ère. L’essence au plomb n’est plus utilisée dans aucun pays du monde, a annoncé lundi 30 août le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), saluant une “étape majeure” qui permettra de sauver chaque année plus de 1,2 million de vies et d’économiser plus de 2 400 milliards de dollars.

Près d’un siècle après les premiers avertissements sur les effets toxiques de l’essence au plomb, l’Algérie, dernier pays à utiliser ce carburant, a épuisé ses stocks le mois dernier, a déclaré le PNUE.

Des effets destructeurs sur la santé

La disparition de ce carburant marque “la fin d’une ère toxique”, a souligné dans un communiqué Thandile Chinyavanhu, en charge des campagnes de Greenpeace sur le climat et l’énergie pour l’Afrique.

Il y a encore vingt ans, plus d’une centaine de pays utilisaient l’essence au plomb, malgré des études scientifiques la pointant comme cause de morts prématurées, d’effets néfastes sur la santé et de pollution de l’air et des sols. La première alerte a été donnée en 1924, lorsque des dizaines de travailleurs ont été hospitalisés et cinq déclarés morts après avoir souffert de convulsions dans une raffinerie du New Jersey (Etats-Unis). Néanmoins, jusqu’aux années 1970, presque toute l’essence vendue dans le monde contenait du plomb.

Lorsque le PNUE a lancé sa campagne en 2002, plusieurs grandes puissances, comme les Etats-Unis, la Chine et l’Inde, avaient déjà cessé d’utiliser ce carburant. Mais il est resté largement utilisé dans les pays à faible revenu.

En 2016, après que la Corée du Nord, la Birmanie et l’Afghanistan ont cessé de vendre de l’essence au plomb, seule une poignée de pays exploitait encore des stations-service fournissant ce carburant. L’Algérie a finalement suivi l’Irak et le Yémen parmi les derniers pays à s’en affranchir.

About Nawel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
MEDIANAWPLUS