malad

le top 10 des fruits et légumes les plus protecteurs

Selon des chercheurs de l’université d’Harvard, suivre un régime riche en flavonoïdes aiderait à réduire le déclin des fonctions cognitives comme la mémoire. On vous dévoile les aliments ayant les plus hauts taux de cet antioxydant.

Pour garder l’esprit vif, pensez à mettre des aliments riches en flavonoïdes dans votre assiette. Selon une équipe scientifique de l’université de Harvard, ce régime diminuerait les risques de déclin cognitif.

Les flavonoïdes tiendraient leur effet producteur sur les capacités cognitives de leurs propriétés antioxydantes. Retrouvez les aliments riches en vitamine P (l’autre nom des flavonoïdes) les plus associés aux effets bénéfiques dans notre diaporama.

Afin de vérifier les vertus des flavonoïdes sur les fonctions cognitives comme la mémoire, les chercheurs ont suivi 49 493 femmes âgées en moyenne de 48 ans et 27 842 hommes d’un âge moyen de 51 ans pendant 20 ans. Des questionnaires réguliers ont permis de déterminer leurs habitudes alimentaires pendant ces deux décennies. En parallèle, les capacités cognitives des volontaires ont été mesurées par deux fois.

Le groupe réunissant les 20% plus grands consommateurs de flavonoïdes en mangeait en moyenne 600 mg par jour. Ceux qui – au contraire – faisaient partie du groupe des 20% ayant le plus faible apport, en consommaient environ 150 mg par jour. Les analyses suivantes ont révélé que les grands amateurs d’aliments riches en en vitamine P avaient un risque de déclin cognitif inférieur de 20% par rapport aux autres.

Les chercheurs ont également étudié l’efficacité des flavonoïdes en fonction de leur type. Les flavones avaient l’effet le plus protecteur, faisant chuter le risque de diminution des fonctions cérébrales de 38% pour sa part. Selon l’étude, ils peuvent réduire l’âge de votre cerveau de 3 à 4 ans.

“Bien qu’il soit possible que d’autres composés phytochimiques soient à l’œuvre ici, un régime coloré riche en flavonoïdes – et en particulier en flavones et anthocyanes – semble être un bon pari pour promouvoir la santé du cerveau à long terme. Et il n’est jamais trop tard pour commencer, car nous avons vu ces relations protectrices si les gens consommaient les flavonoïdes dans leur alimentation il y a 20 ans, ou s’ils ont commencé à les incorporer plus récemment”, a précisé Walter Willett, chercheur à l’université de Harvard et co-auteur de l’étude.

About Nawel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
MEDIANAWPLUS